• Des friches industrielles à la culture des masses

    Malgré une collaboration étroite avec le service d'urbanisme de la mairie, malgré l'approbation du Maire (consulté en amont avant de déposer la demande de permis de construire), malgré la meilleure mise en conformité possible du bâtiment existant vis-à-vis des règles du Plan d'Occupation des Sols en vigueur, malgré les solutions architecturales élaborées en vue d'atteindre l'objectif Bâtiment à Basse Consommation énergétique (architecture bioclimatique…), malgré le soutien du CAUE d'Annecy, les membres de la commission d'urbanisme de la commune de Marignier (74) ont jugé le projet de manière complètement négative en voulant, je cite, en finir avec ces "friches industrielles dont on ne sait que faire" !


    En exigeant la création aberrante d'une toiture "2 pans" sur la partie réhabilitée de cet atelier (justement refaite pour respecter une des contraintes du POS visant à réhausser le sol intérieur de 30 cm vis-à-vis du classement en zone inondable de la parcelle), c'est un refus catégorique de l'architecture contemporaine, qui a été décrété.

    Et pourtant, la commune en question ne peut-elle pas se targuer  d'accueillir sur son territoire toute une série de bâtiments publics tous plus modernes les uns que les autres (gendarmerie, maison de retraite, centre social, bâtiments collectifs…) ?

    Alors quelles sont les véritables raisons du refus de ce projet ? Sont-elles vraiment architecturales ? Esthétiques ?

    Sont-elles plus pitoyables, encore ? Humaines ? (…)

    L'architecture individuelle est hélas trop peu souvent le fruit des "initiés" de l'architecture.

    Elle est trop peu commanditée par les maîtres d'ouvrage… qui sont pourtant bel et bien ceux qui, au final, la payent !

    En vérité, elle est tributaire du bon vouloir de celles et ceux qui, au plus bas de l'échelle du bénévolat  (il demeure encore beaucoup trop d'intérêts cachés derrière la présence de certains au sein des commissions d'urbanisme), se disent acteurs de la vie politique alors qu'ils ignorent encore que faire de la politique, c'est tout le contraire que de camper sur des positions obsolètes. Car faire de la politique, n'est-ce pas plutôt construire et se préparer au monde de demain ?

    Le projet qui a obtenu le permis de construire, en plus d'être moins cohérent, sera beaucoup moins économique pour le maître d'ouvrage.

    Jusqu'à quand, en France, laissera-t-on l'administration décider - en toute impunité - de comment les gens doivent dépenser leur argent pour se loger ?

     
     
     
     
     
     
     
    Projet : Nicolas Brégant Projeteur (DEFA)

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :