• Vivez au cœur de votre temps !

    Dans cette horloge située au sommet d'un ancienne fabrique de cartons d'emballage, se trouve un loft en triplex avec vue imprenable sur Manhattan et le pont de Brooklyn.

     

    Rez-de-chaussée de 280 m2, salon éclairé au travers de quatre fenêtres horloges de 4,20 m de diamètre, hauteur sous plafond de 4,90 m, escalier et ascenseur vitré pour accéder au premier étage de 210 m2, puis au dernier niveau de 90 m2.

    Peut-être que ce produit a déjà trouvé acquéreur ? Il était en vente au début de l'automne au tarif de 25 millions de dollars.

     
     
     
     
     
     
     

    votre commentaire
  • Retour sur une éruption volcanique majeure(*) de l'année 2010. Il ne m'a pas été possible de retrouver le nom du photographe malgré toutes mes recherches, ces photos m'ayant été envoyées par mail transmis de contacts en contacts divers et variés…

    Si quelqu'un a la réponse, je lui serais reconnaissant de bien vouloir la partager avec moi. Le site du photographe doit mériter le coup d'œil.

     

    Iceland, Eyjafjallajökull - May 1st and 2nd, 2010 from Sean Stiegemeier on Vimeo.

    * "majeure" peut-être parce qu'il aura été le volcan ayant eu le plus de conséquences sur le système économique des pays riches (traffic aérien, implications sur les assurances, les voyagistes, etc.)

     
     
     
     

     
     
    <script type='text/javascript'> WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0;</script> <script type='text/javascript' src='http://script.weborama.fr/gold.js'></script> <script type='text/javascript'> if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,224736);}</script> Bookmark and Share<script type="text/javascript" src="http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js?pub=bregman"></script>

    votre commentaire
  • L'Organisation Non Gouvernementale canadienne Global Footprint Network détermine chaque année le jour à partir duquel l'humanité a épuisé les capacités régénératrices annuelles de notre planète (production des matières premières alimentaires, stockage du dioxyde de carbone, absorption des pollutions et déchets…)

    A partir de ce jour, les parasites humains que nous sommes subviennent à leurs besoins en puisant dans des réserves qui ne sont pas renouvelables, et en accumulant des déchets et émissions de gaz à effet de serre qui ne pourront pas être abosrbés par les écosystèmes planétaires.

    L'année dernière, ce jour a été délimité au samedi 21 août 2010.

     

    Voyez les choses autrement : imaginez qu'au 21 août, vous ayez dépensé la totalité des revenus que vous allez obtenir dans l'année… Cela s'appelle vivre à crédit, n'est-ce pas ? Eh bien, l'humanité vit à crédit, comme le souligne le président de l'ONG, Mathis Wackernagel : "Le changement climatique, la perte de biodiversité, la déforestation, l'eau, les pénuries alimentaires sont autant de signes clairs qui montrent que nous ne pouvons plus financer notre consommation à crédit"… et ce, d'autant plus, que cela ne date pas d'hier… mais de 1987 (plus de 20 ans).

    En 1960, à titre indicatif, l'humanité ne consommait que la moitié de cette biocapacité. Notre consommation a augmenté de 50% en seulement 30 ans, avec un total de 60 milliards de tonnes de matières premières par année.

     

    Et vous osez parler de développement durable ?

    Pour estimer précisément cette date de dépassement, Global Footprint Network utilise son indicateur d'empreinte écologique (mesurée en hactares globaux), qu'elle croise avec la biocapacité que la nature peut régénérer chaque année.

    Bien qu'un indicateur ne corresponde à rien de précis en définitive, il permet malgré tout de faire prendre conscience d'une réalité alarmante.

    En effet, dès que la demande est plus que l'offre, nous sommes à l'opposé de ce que nous nous amusons à appeler le développement durable : nous sommes dans l'épuisement durable.

    Ceci est un SOS écologique : nous consommons trop.

     

    votre commentaire
  • Au moment de votre prochaine liste au père Noël, vous hésiterez peut-être entre une tablette tactile et un oiseau… bionique.

    Les fans de modélisme connaissaient déjà les bateaux, les avions, les hélicoptères - on ne parle même pas des voitures diverses et variées -, ils s'éclateront bientôt avec un petit bijou d'un genre tout nouveau : l'Avitron.

    Kezako ?

    L'Avitron est tout simplement un oiseau radiocommandé. Sa technologie de pointe, qui a fait l'objet de plusieurs dépôts de brevets, atteint un degré de miniaturisation spectaculaire : 8,35 grammes pour l'ensemble !

    Le résultat est un objet d'un mimétisme inégalable. Plus d'un oiseau s'y est déjà laissé prendre !

    Pour le prix, soyez rassurés, vous n'y laisserez pas trop de plumes : 79,00€ TTC l'Avitron, sur le site mybionicbird.

    photo : Edwin Van Ruymbek, ingénieur en aéronautique, et accessoirement l'inventeur d'Avitron.

    Tutoriaux video pour maîtriser l'Avitron : http://www.mybionicbird.com/page-9-tutoriaux-videos.html


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires